Comité de groupe Airbus France : Danger sur l'emploi !

Publié le 11 mai 2020

La Direction a détaillé la situation générale de notre secteur, de la filière et les difficultés rencontrées par notre supplychain, dans un contexte ou 80% de la flotte mondiale est clouée au sol.
Il a également été rappelé les mesures immédiates prises pour faire face à la situation sanitaire.

Nous sommes devant une crise sans précédent qui touche aussi bien le sanitaire, l’économique que le social. Il a été dressé un tableau sans concession de la crise qui touche le secteur aéronautique commercial aujourd’hui dans le groupe. Beaucoup de ces informations circulent depuis quelques temps dans la presse.

Désignation d'un cabinet d'expertise et d'analyse industrielle

Devant cet état des lieux FO, comme au Comité Européen de Groupe a demandé la désignation d’un cabinet d’expertise et d’analyse industrielle indépendant en CGAF, la Direction en a accepté le principe.

A lire : Le nouveau comité groupe Airbus France

Pour FO, l’intervention des experts est capitale. Elle permet d’avoir accès à l’ensemble des informations qui lui permettront de se positionner lors des consultations à venir.

Pour FO, cette crise est conjoncturelle, mais les effets dévastateurs qu’elle pourrait avoir sur l’emploi sont bien réels, sur l’activité Aviation commerciale mais collatéralement sur l’ensemble des activités du Groupe, les Hélicoptères et Espace Défense.

Même si à ce jour la Direction n’a pas annoncé de plan social, des milliers d’emplois sont menacés dans le Groupe Airbus comme dans l’ensemble de la filière Il est important de prendre les bonnes décisions pour l’avenir du groupe, comme pour l’avenir des salariés Airbus.

FO réaffirme que nous n’accepterons aucune casse sociale, aucun licenciement sec. Des solutions doivent être trouvées pour protéger nos emplois.

  • Des mesures d’âges pour permettre le départ des plus anciens en contrepartie de l’embauche de jeunes.
  • Relocaliser nos charges de travail partout où cela est possible, garantir l’emploi dansnos régions, nos bassins d’emploi.
  • Investir lourdement dans la formation, solliciter la création d’un dispositif type FNE
  • Obtenir un soutien financier immédiat au profit de l’ensemble de la filière aéronautique et spatiale. Préserver notre capacité à investir en R&D / R&T indispensable à la préparation du futur et assurer le maintien de nos compétences.
  • Appliquer autant que possible les dispositions actuelles de l’accord GEPP et rouvrir cette négociation pour l’adapter au contexte social spécifique de crise.

Il  est  impératif  de  comprendre  qu’un  emploi créé  génère  de  l’emploi  supplémentaire  tout autant  qu’un  emploi  perdu  en  détruit  à  son tour.

Préserver  nos  compétences  aujourd’hui  c’est garantir  l’emploi  et  la  reprise  de  croissance demain.

Compte   tenu   de   l’impact   de   cette   crise, principalement     sur     la     Division     Avions Commerciaux, à la demande du secrétaire du Comité de Groupe Airbus France, la Direction a accepté la création d’une commission dédiée à    l’activité    commerciale    à    laquelle    les Délégués Syndicaux Centraux seront intégrés.

Cela  permettra  à  la  fois  de  synthétiser  les informations  et  assurer  le  lien  entre  la  vision opérationnelle  et  les  décisionnaires  au  vu  des différents scénarii envisagés.
Si     l’activité     Aviation     Commerciale     est incontestablement  la  plus  touchée,  c’est  bien l’ensemble du groupe qui est sous tension.

Le   dialogue   social   et   la   solidarité   devront garantir  à  l’ensemble  des  salariés  du  groupe des  mesures  justes  et  justifiées,  toujours  au service de nos emplois.





Tract 07052020.pdf Tract 07052020