Le Bourget vu par Airbus D&S

Le Bourget vu par Airbus D&S

Publié le 23 juin 2019

Au-delà des annonces importantes pour Airbus avions et le Groupe (lancement de l’A321XLR, commandes des compagnies y compris sur l’A330 neo), Airbus Defence and Space a enregistré plusieurs bonnes nouvelles récemment, de nature à consolider le plan de charge et réduire les risques financiers :

  6 satellites de télécommunication confirmés pour 2019 : le plan de charge est sécurisé pour 2-3 ans désormais. Certes, les 3 satellites Inmarsat sont de la nouvelle gamme OneSat d’Airbus et donc plus petits mais cela valide la stratégie de proposer des plateformes issues de l’expérience OneWeb.

  La signature de l’amendement au contrat A400M par l’OCCAR qui dérisque très fortement ce programme qui nous a coûté cher mais qui pourrait nous rapporter beaucoup avec un avion plébiscité par les forces aériennes et sans concurrence.

  La signature du programme SCAF (Système de Combat Aérien du Futur) entre les états français, allemand et espagnol, et notre entité Defence and Space est une excellente nouvelle. En effet, il s’agit d’un projet européen de plusieurs dizaines de milliards d’euros dont l’objectif, à l’horizon 2040, vise à remplacer les EuroFighter et Rafale par un nouvel avion de combat de 6e génération. Celui-ci fera partie d’un système composé d’un large éventail d’éléments ultra modernes, de drones, de systèmes de communications et de satellites permettant de relier entre eux les aéronefs, les forces au sol, les centres de commandement et les avions ravitailleurs.

FO revendique qu’il soit fait appel à une forte contribution de salariés français, au sein d’Airbus Defence & Space du fait de leur expérience dans plusieurs domaines en lien avec le programme.

Côté ENS (Earth, Navigation and Science) et imagerie (GEO), le plan de charge est également bien rempli. Les activités de CIS (Cyber, SLC-activités PMR, Secure Communications, Intelligence, Security Solutions-surveillance des frontières terrestres et maritimes) connaissent également une période de surcharge. Tout cela  pose des difficultés au quotidien pour les salariés pleinement impliqués. Dans ce cadre, FO reste le relais essentiel entre les salariés et la Direction concernant les conditions de travail. Pour FO, cette situation doit permettre de pérenniser nos activités et donc nos emplois.

Par ailleurs, nous restons attentifs sur certains secteurs plus à risque (y compris dans notre JV* Ariane Group qui a lancé un plan de départs volontaires, consécutif aux doublons de l’entité et aux objectifs de réduction des coûts du programme Ariane 6).

 

* Joint-Venture




19.25-108_infos-bourget.pdf 19.25-108_infos-bourget