Plan de suppression de postes pour ADS France - CSE-C 24 juin

Plan de suppression de postes pour ADS France - CSE-C 24 juin

Rédigé le 25/06/2020
Gregory Vernon

Hier s'est tenu le CSE-C ADS au cours duquel a été présenté la mise à jour du plan de suppression de postes pour la France. 

En résumé : 

  • Possible remise en cause de la forme sociale du plan initialement prévu en Rupture Conventionnelle Collective (RCC) :  FO refuse tous licenciements contraints ;
  • 60 suppressions de postes supplémentaires en France, soit 464 (6,4% des effectifs) vs 404 initialement envisagés (5,6% des effectifs). Les réductions d'effectifs en France représentent 17% de la totalité du plan. TO reste l'organisation la plus impactée, suivi de TE et TS ;
  • Sur les 464 suppressions de postes, 388 concernent ADS SAS (+20) et 75 (+40) les 3 filiales GEO, SLC et Cyber security ;
  • Pour ADS SAS,  les réductions d'effectifs à Toulouse restent à 260. La région Parisienne voit ses réductions d'effectifs augmenter de 29 (20 supplémentaires + 9 dont la répartition était précédemment indéterminée). Pas de détails pour les 3 filiales ;
  • Le To étant fixé au 01/01/2020,  64 réductions ont déjà été effectuées sur ADS SAS Toulouse, il en reste 197 à faire. Respectivement 23 et 105 sur la région Parisienne. Par déduction, le reste à faire dans les 3 filiales serait de 66 ;
  • Les réductions d'effectifs devront être entérinées d'ici fin 2021, leur réalisation (rupture de contrat) pouvant s'effectuer au-delà ;
  • Le plan d'économie Momentum est en bonne voie, 1/3 du plan 2020 est déjà réalisé (100 m€) et un autre tiers est en cours d'engagement. (objectif inchangé à fin 2022 : 1,2 Md€) ;
  • Calendrier prévisionnel : Expertise au niveau Européen pour fin juillet / début août, prochain comité Européen début septembre, terminaison du processus des consultations Européennes et Nationales fin octobre. Démarrage de la concertation sur le processus social Français dans le courant de l'été voire à la rentrée.  Négociation de mesures à l'automne.

La Direction a justifié ces suppressions de postes supplémentaires par un impact Covid-19 sur le chiffre d'affaires 2020 et des années à venir du à :

  • Des retards et annulations de commandes pour des clients en difficultés de financement ;
  • Des tirs décalés et la fermeture du centre spatial de Kourou ;
  • Des retards de livraison d'équipements, l'empêchement à se déplacer professionnellement ;
  • l'impact négatif sur les budgets des états des prochaines années ;
  • La baisse à venir du nombre d'opérateurs satellites.

Les activités de Défense sont peu impactées, le spatial l'est sensiblement plus pour les raisons ci-dessus. Les services Imagerie et Cyber le sont beaucoup plus essentiellement due à la revue de portefeuille de Connected Intelligence .

FO a demandé une expertise au niveau du CSE-C ADS France, celle de niveau Européen étant insuffisante. Cette expertise devra être économique afin d'éclairer les justifications énoncées et aussi sociale afin d'identifier et prévenir les risques sur les conditions de travail et la santé des salariés. En complément, l’expertise stratégique conduite au niveau Groupe apportera également un éclairage.

FO  sera attentif à ce que des opportunités alternatives soient exploitées (l'activité partielle longue durée, la formation, la réorientation vers des secteurs porteurs ou en surcharge de travail et la réinternalisation des charges de travail sous-traités) afin de maintenir et développer les compétences tout en conservant la capacité de rebondir à tout moment. 

FO  exige que ces réductions d’effectifs, si elles s'avéraient justifiées, fassent l’objet d’un traitement social exemplaire, sans licenciement sec contraint et que l'avenir ne se transforment pas en « galère » pour ceux qui resteront, notamment si le niveau d’activité venait à croitre de manière sensiblement supérieure aux prévisions.  

Lire notre tract : Une crise peut en cacher une autre