FO et la prime "Macron"

FO et la prime "Macron"

Rédigé le 12/12/2018
Gregory Vernon

A l’instar de LVMH, Publicis, Valeo… qui dès le lendemain de l’allocution du président Macron avaient annoncé qu’ils apporteraient leur écot, la direction de Total, réactive, a proposé un versement de 1 500 euros à ses personnels français, couplé à une enveloppe globale d’augmentation des salaires de  3,1%  le mercredi. Dans les télécoms, Altice et Iliad envisagent, eux, une prime de 1 000 euros. Chez Orange, elle serait de 500 à 1 000 euros ciblés pour les salariés gagnant moins de 30 000 euros bruts par an.

 

La question du pouvoir d'achat ne peut se traiter par des effets d'aubaine. 

De son côté, Airbus a fait savoir par voie de presse :

 « Dès que nous aurons reçu plus d’informations, nous sommes ouverts pour étudier les différentes options, en tenant compte de ce qui est déjà en place dans l’entreprise » (Le Monde 12 déc. 2018).
 

De notre côté, FO a adressé à la direction d’Airbus courant novembre (article) un courrier relatif à l’inflation et la demande de l’application de la clause de rendez-vous.

Aujourd'hui, la coordination FO Airbus renforce sa demande  par une déclaration au Comité National France (CNF). (lire plus bas)

 

La clause de RDV est un des labels FO de nos accords salariaux.

Au sein d'Airbus, depuis près de 50 ans, FO se revendique comme le syndicat de la feuille de paye et de la défense de l'entreprise au travers du terme "pérénnité".
 

Si la prime défiscalisée est un bon moyen de faire un geste en faveur du pouvoir d'achat, elle ne doit pas se substituer aux négociations salariales annuelles.
 

Pour FO, l'attribution d'une prime "Macron" doit se faire au travers d'une concertation avec les Organisations Syndicales qui se comportent en véritables partenaires sociaux et non en récupérateur de mouvement ou en invoquant des accords qu'ils n'ont pas signés.

 

FO demande l'ouverture d'une négociation au plus vite.

Depuis toujours notre organisation syndicale revendique, négocie et contracte des mesures spécifiques pour les salaires .
En 2019, nous serons encore là pour  défendre et revendiquer une politique salariale ambitieuse en juste retour de l'investissement des salariés du groupe.

 

Cliquer sur l'image pour lire le tract

Déclaration FO au CNF et prime Macron groupe Airbus