Salaires et pouvoir d'achat, entre prime Macron et l'inflation

Salaires et pouvoir d'achat, entre prime Macron et l'inflation

Rédigé le 16/01/2019
Gregory Vernon

En écho avec nos différents articles sur le sujet de l'inflation 2018, celle ci vient d'être confirmée à 1,6% hors tabac (INSEE parle de 1,8% sur les 12 derniers mois). 
Elle est donc sensiblement supérieur aux prévisions.

Clause de rendez-vous

Instaurée et défendue par FO dans nos "accords société" depuis 1983, cette clause prévoit :

si l'écart entre le niveau d'inflation prévisionnelle au moment de la signature de l'accord et celui réellement constaté en fin d'année est conséquent, alors les signataires de l'accord salarial, c'est à dire les organisations syndicales et la Direction, se réunissent pour discuter de la compensation liée à ce dérapage.

En réponse, la Direction admet le caractère significatif de ce dérapage pour 2018 et s'est engagée à respecter la dite clause.
Une réunion aura lieu semaine 4 (21-25 janv.)

Pour FO, l'ensemble des salariés doit bénéficier de cette clause

Négociation salariale 2019

FO demande l'ouverture des négociations salariales 2019 et le maintien de la structure de notre politique salariale. 

Nos revendications :

  • Augmentations générales afin de préserver le pouvoir d'achat
  • Augmentations individuelles au travers d'une enveloppe permettant la reconnaissance des salariés 

L'accord salarial est une garantie pour les salariés de leur investissement sans faille vis à vis du groupe Airbus de même qu'il préserve les régimes sociaux tels que retraites, sécurité sociale ...

Prime Macron

En réponse à la crise sociale qui traverse notre pays , les employeurs ont été appelé dans la précipitation afin de verser aux salariés, une prime exceptionnelle défiscalisée. (notre article)

FO soutient l'idée d'une prime à la condition qu'elle ne se substitue pas aux salaires.
Le salaire reste la seule garantie sociale pour les salariés actifs et est déterminant pour définir le montant des pensions de retraite.

Pour FO, la question des bas salaires, de la justice sociale ou fiscale, de la plus juste répartition des richesses, ne peut pas se limiter au versement d'une prime exceptionnelle.

Le communiqué de la coordination des syndicats de FO Airbus  ici